Saint-Georges-Haute-Ville

  • Saint-Georges-Haute-Ville
  • Saint-Georges-Haute-Ville
  • Saint-Georges-Haute-Ville
  • Saint-Georges-Haute-Ville

Accueil du site > La commune > Présentation de la commune

Présentation de la commune

Notre commune

Description :

Situé sur les Coteaux du Forez, Saint-Georges-Haute-Ville s’étage entre 400 et 650 mètres d’altitude. Ses paysages remarquables et la proximité de Montbrison (6km) et de Saint-Romain-le-Puy (2,5km) attirent chaque année de nouveaux résidents.

Sa population est passée en 20 ans de 779 à 1156 habitants. L’activité prédominante reste l’agriculture centrée sur l’élevage. Le vignoble classé AOC Côtes du Forez depuis 1999, renoue avec la tradition grâce au viticulteur du Domaine de la Pierre Noire. Plus récemment la culture des pommes offre différentes qualités de pommes en vente directe. Une zone artisanale accueille des artisans du bâtiment.
Un commerce multiservices et les Salaisons des Royats complètent l’activité économique. Restaurée depuis peu la chapelle de Montsupt du XIIe siècle propose une exposition estivale ouverte aux créateurs Foréziens, et des soirées culturelles.

Des sentiers de randonnées font découvrir la commune : Sentiers des Babets, Chemin de Saint Jacques de Compostelle, sentiers de la Loire.

Un peu d’histoire L’histoire de Saint-Georges-Haute-Ville est étroitement liée à celle de Montsupt jadis appelé Alta Villa. Elle remonte probablement au-delà de l’époque romaine voir celtique.

La voie Bollène (ou voie des Bornes), qui assurait le déplacement des troupes romaines de Lyon à l’Aquitaine traversait la commune au pied du Pic à Montsupt. Elle drainera ensuite les pèlerins gagnant le Puy et St Jacques de Compostelle.

Au sommet du Pic basaltique de Monsupt se dressait l’une des plus anciennes forteresses du Forez (XIIè siècle). En subsiste encore les restes d’une Tour et une Chapelle fortifiée récemment restaurée qui a conservé un curieux petit clocher à double arcature. Cette forteresse était la propriété des Comtes du Forez qui passa à la famille des Bourbons en 1339. Détruit à la révolution le château servit alors de carrière. A noter que Saint Georges possédait un rare moulin à vent. A la limite de Saint Romain le Puy, la cheminée d’une tuilerie, encore en activité au début du 20è siècle, témoigne de la fabrication de briques.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF